Sim'Play
Connectez vous pour profiter du forum dans son ensemble!

Dans les rues de Paris

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Dans les rues de Paris

Message par Invité le Lun 24 Fév - 10:32

Il faisait beau, pour une journée de printemps français. Le soleil brillait au dessus de nos têtes, mais une pluie d'un autre genre menaçait de tomber sur la ville de Paris. Dans chaque maison, dans chaque rue, dans chaque auberge, grandissait le désir de liberté. La Révolte grondait. Paris était un volcan qui pouvait entrer en éruption n'importe quand. Aliénor se délectait de cette peur chez les gardes. Amies des Révolutionnaires, elle prenait grand plaisir à observer les altercations entre Hommes Libres et Royalistes. Et c'était fascinée qu'elle constatait que celles-ci se multipliaient, devenant plus nombreuses de jours en jours, d'heures en heures.

Aliénor gambadait dans les rues de Paris, un paquet à la main. Un riche marchand lui avait confié, moyennant quelques pièces d'or, une tâche de la plus haute importance. Elle devait emmener ce colis, qui contenait des journaux révolutionnaires, à l'imprimeur, à l'autre bout de la ville. La partie la plus ardue de sa mission n'était pas tant le trajet, mais bien l'obligation d'échapper à la vigilance des gardes, celle-ci étant décuplée en raison de l'ambiance électrique des rues de Paris. Aliénor riait. Elle aimait Paris. Si elle ne s'était jamais sentie française, elle avait toujours adoré cette ville. Les grands immeubles l'émerveillaient, et elle n'avait qu'une envie, les escalader. Mais aujourd'hui, elle n'avait pas le temps. Elle devait confier ces papiers à l'imprimeur dans les plus brefs délais.

Une fois arrivée à l'autre bout de la ville, Aliénor sortit son plan afin de se repérer. Elle marcha le long des murs jusqu'à trouver la maison de son imprimeur. Elle rangea sa carte, serra son paquet contre elle et toqua à la grande porte de bois. Elle entendit quelqu'un grommeler, et la porte s'ouvrit, dévoilant un homme de grande taille, brun, aux yeux effrayant d'un vagabond qui aurait trop bu. Elle recula un instant, effrayée, mais se redressa immédiatement. Elle était trop fière pour montrer sa peur, et avait déjà vécu des situations pires que celle-ci. Elle eut le réflexe de cacher son paquet sous sa cape et demanda le nom de l'homme qui se trouvait devant elle. Une fois assurée que c'était bien l'imprimeur, elle ressortit le colis et lui tendit, ainsi que la lettre que lui avait donné le riche marchand révolutionnaire.

L'imprimeur hocha la tête, et, à la surprise d'Aliénor, demanda de l'argent pour son travail. La demoiselle rousse lui répondit qu'elle n'était pas en mesure de lui en donner, qu'il fallait marchander avec les révolutionnaires, et que normalement l'argent avait déjà été versé. L'homme la toisa un instant, lui rendit le paquet et lui répondit d'un ton méprisant : "Il y a bien plus de journaux dans ce paquet que ce qui était prévu. Retourne avec tes chapersons, et dis-leur qu'ils ne m'arnaqueront pas comme ça." Il se tourna et, en fermant la porte, marmonna : "Les filles, elles devraient rester à la cuisine au lieu de faire le boulot des hommes."

Enervée, agacée, fatiguée, Aliénor se détourna et se mit à courir, extériorisant sa rage en allant le plus vite possible, le paquet refusé collé tout contre sa poitrine. Elle galopa ainsi le long de la Seine, jusqu'à ce qu'un garde royal l’interpelle : "Eh ! Où courez vous comme ça ? Que tenez vous ?" Aliénor se retourna un instant, sourit, et se mit à courir de plus belle, le garde à ses trousses. Elle continua ainsi jusqu'à ce que le garde, lassé de galoper à sa suite, abandonne la course. Elle s'installa un instant dans un renfoncement pour souffler, sourit, et une fois encore, se dit qu'elle l'avait échappé belle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Lun 24 Fév - 21:03

Ennuyeux. Oui c'est ça, ennuyeux. Parmi tout ces passants pas un seul ne compte s'arrêter au-devant du jeune homme. Il était là, assis sur une marche d'escalier, brosse en main, à attendre un client. Depuis le début de la journée il n'avait gagner que cinq sous ce qui, pour deux sous le cirage, était vraiment très peu. Il aurait aimé faire trente sous avant le déjeuner, ainsi il pourrait rejoindre sa petite soeur qui l'attend dans une cachette improvisée et il pourrait lui acheter à manger. Il était un peu inquiet, il n'aimait pas la laissée seule mais il n'avait pas vraiment le choix : il devait gagner de l'argent. Cela faisait trois semaines qu'il avait quitté le village dans laquelle il avait grandi. Il était monté jusqu'à Paris pour plusieurs raisons : avoir plus de travail, en savoir plus sur la possible révolution et se cacher avec sa soeur. Paris est une grande ville, on ne viendra pas le chercher là-bas. Et puis, l'armée du Roi ont d'autres choses à faire que de chercher deux gamins surtout si la révolution approche.

Le Soleil tapait fort, il devait être aux alentours de Midi. Thomas s'était décidé à ranger pour partir quand un pied chaussé vint se placer juste sous son nez. Il releva la tête et aperçu un homme, grand, barbu, avec des yeux sévères.
"- Simple cirage, m'sieur ?"
L'homme lui répondit d'un regard dur et le jeune homme, lassé du manque de conversation des Parisiens, se mit au travail. Quelques minutes plus tard, il récupéra les deux sous de son labeur. Et bien, au moins il en avait sept. Il a eu de la chance, l'homme aurait pu diviser la paie par deux-comme l'a fait un bougre plus tôt dans la matinée-et ne lui donner qu'un sou, ce qui n'aurait guère fait avancer les choses. Il mit les deux nouvelles pièces dans sa poche et rangea son matériel dans la boîte. Celle-ci bien refermée, il saisit la poignée et se leva. Il était temps d'aller retrouver sa soeur, le déjeuner ne sera pas pour tout de suite. Il se promenait dans les rues, esquivant parfois des passants pressés. A chaque fois qu'il manquait d'être bousculé il était prêt à commettre un meurtre. Si les gens ne savent pas marcher droit alors que l'on fasse des trottoirs en zigzag ! Il mit une bonne heure à retrouver la rue où il avait laissé sa soeur. C'était un renfoncement avec une caisse en bois où elle pouvait se reposer tout en étant cachée le temps qu'il revienne.
"- Jasmine ?" appela-t-il doucement.
Il vit bouger dans le coin. Il s'approcha de la silhouette.
"- Jasmine, je t'avais pourtant dit de rester cach..."
Il se stoppa net. Ce n'était pas sa soeur.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Mar 25 Fév - 9:25

De toute évidence, ce gamin qui courait vers elle en zigzaguant étrangement entre les Parisiens, en l'appelant d'un nom qui n'était pas le sien, se trompait de personne. Aliénor ne s'appelait pas encore Jasmine, enfin pas qu'elle le sache. Cet adolescent devait avoir quelques années à peine de plus qu'elle, peut-être 17 ou 18 ans à la limite, mais pas plus. Il commença à la disputer en lui disant de rester cachée, quand il se rendit compte que ce n'était pas la bonne personne. Elle le vit se crisper, s'arrêter, gêné, et la fixer étrangement, comme si elle n'était rien d'autre qu'une alien venant d'une autre planète. Aliénor, encore épuisée par sa course poursuite, rit légèrement, sourit puis hocha la tête.
"Quiproquo, il me semble. Moi c'est Aliénor."

Quand elle y pensait, il lui semblait avoir vu une petite créature se faufiler hors de la rue, mais c'était il y a bien longtemps désormais, car cela faisait plus d'une demi-heure qu'elle guettait les gardes, cachée dans ce renfoncement, contre ce mur en pierre glacé. Le soleil du mois de Mai n'avait pas encore réchauffé les habitations les plus solides, et le dos d'Aliénor était gelé d'être restée trop longtemps contre la paroi.
"Je crois avoir vu ton amie sortir de la rue, il y a bien une demi-heure maintenant."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Mar 25 Fév - 12:21

Il toisa la personne du regard. C'était une fille aux cheveux roux et aux yeux verts. Elle était petite, elle ne faisait pas quinze ans. Il la fixa pendant une bonne minute avant de se demander où était sa soeur si elle n'était pas ici. La jeune fille se nomma mais Thomas était trop occupé à regarder autour de lui. Où était sa soeur ? La Capitale est bien trop dangereuse pour une enfant de sept ans. Il lui avait promis qu'il reviendrait mais peut-être avait-elle cru qu'il lui était arrivé quelque chose et serait partie à sa recherche. Le voilà bien, maintenant. Comment retrouver quelqu'un dans une si grande ville ? La première chose serait de savoir quand elle a quitté cet endroit. Aliénor lui indiqua qu'elle avait dû partir une demi-heure de cela. Thomas s'approcha d'une grosse caisse en bois qu'il souleva, c'était censé être la cachette de sa soeur. Elle n'avait rien laissé ici, cela rassura Thomas. Si elle a prit toutes ses affaires, alors on peut retirer l'enlèvement des causes de disparitions. Thomas jeta un oeil au bout de la rue puis, après s'être assuré qu'il n'y avait personne, prit Aliénor par le bras et se cacha dans l'ombre. Il s'apprêtait à lui poser une question quand il s'arrêta net pour en poser une autre.

"- Comment tu t'appelles ?"

Il ne savait pas à ce moment-là qu'il allait passer pour un idiot, la fille l'ayant déjà dit plus tôt. Cela lui apprendra à ne pas écouter. Thomas se reconcentra pour poser sa question, mais quelque chose d'autre l'interpella.

"- Pourquoi tu te caches avec ce paquet bizarre ?"

Décidément, il se laisse vite déconcentrer. Mais peut-être cette question était plus importante après tout. Peut-être lui permettra-t-il de retrouver Jasmine, ce dont il doute fortement. En tout cas, il ne pensait pas avoir poser cette question pour rien.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Mar 25 Fév - 14:53

Le jeune homme ne l'écoutait pas. Il s'arrêta de bouger un instant, et la dévisagea. Son regard la transperça, l'effrayant à moitié. Mais elle ne se laissa pas faire par ses yeux, se secoua et leva le menton, de fierté. Elle ne se laisserait pas effrayer par ce gamin des rues, qui ne devait pas avoir une situation bien meilleure que la sienne. Il regarda à droite et à gauche, comme s'il cherchait quelqu'un. Son amie, Jasmine, évidemment. Aliénor cligna des yeux, le regardant s'affairer à fouiller dans une caisse en bois, sans rien dire. Quel idiot ! Il la snobait ainsi royalement, ne lui donnant pas son identité alors qu'elle s'était mise en danger en lui déclinant son nom. De plus, elle aurait pu être agressive avec lui, mais elle avait été amicale. Elle avait essayé de l'aider à trouver son ami, lui donnant carrément des informations importantes. Soudain, il ressortit la tête de sa caisse en bois. Il paraissait inquiet, mais moins que quelques instants auparavant. Il saisit Aliénor par le bras. Elle poussa un petit cri, se retourna vers lui et dut se retenir de ne pas lui mettre une gifle qu'il n'oublierait pas de sitôt. Il fit alors la chose la plus stupide qu'Ali ait vu de sa vie. Il lui demanda son nom, alors qu'elle l'avait dit quelques instants plus tôt. Ou alors il ne l'avait pas écoutée du tout, ou alors il avait la mémoire courte, très courte.
"Je l'ai dit il y'a trois minutes ! Lâche moi ! Tu ne mérites pas que je me répète !"

Il l'entraîna dans l'ombre sans se soucier de ses protestations. Aliénor retira son bras violemment, lui mettant au passage une claque. Il ne s'en soucia guère et continua à la fixer, c'en était presque dérangeant. Soudain, il s'intéressa au paquet, contenant les journaux, qu'Aliénor gardait toujours serrée contre sa poitrine, caché sous sa cape. Il tendit vaguement le doigt et lui demanda ce que c'était. Instinctivement, Aliénor le resserra contre elle, comme pour le protéger. Le garçon était plus grand qu'elle, plus fort aussi, et s'il voulait, il pourrait la mettre par terre en un clin d'oeil. Mais Aliénor était déterminée, elle pouvait mordre, et elle savait courir vite. Mais elle n'avait pas envie de se battre. Pas tout de suite.
"Et ça te concerne, peut-être ? Et toi ? Pourquoi ton amie se serait cachée dans cette ... caisse ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Mar 25 Fév - 15:40

La première réponse qu'eut le jeune homme fut une claque qu'il n'avait absolument pas vue venir. La fille souligna qu'elle s'était déjà nommée et ne répéta pas la question. Thomas se passe une main sur le visage comme pour vérifier que sa tête n'avait pas disparue. C'est qu'elle avait de la poigne, cette petite ! Le gifler pourtant n'améliora pas la situation, ne la changea même pas d'un pouce. Ils étaient toujours dans le coin d'une rue et Thomas n'avait toujours pas retrouvé sa soeur. A ce rythme-là, il pouvait bien s'en prendre une de plus. A la question de Thomas sur le paquet qu'elle tenait, Aliénor le resserra plus fort contre elle. Avait-elle peur qu'il le vol ? Et si elle voulait tant le protéger, que pouvait-il bien contenir ? Des tas de questions se mélangèrent dans la tête de Thomas entre les inquiétudes qu'il avait pour sa soeur. Il pourrait partir maintenant à sa recherche ou découvrir ce que cette fille cachait dans ce paquet. Si ça se trouve, ça concerne Jasmine et alors il ne faut pas qu'il laisse tomber. Aliénor répondit à la question par une autre et les soupçons de Thomas se confirmèrent : ce qu'il y avait dans ce paquet était important. Peut-être que s'il répondait à sa question elle répondrait à la sienne ?

"- Oh, juste parce que si on nous trouve on finira à la potence. Mais pas de soucis, je veux juste la mort du Roi, rien de plus."

C'était peut-être un maladroit de sa part. Si cette fille était enfant de noble alors Thomas n'a plus qu'un jour à vivre. Mais elle n'en avait pas l'air. Surtout qu'elle aussi se cachait avec un paquet mystérieux. Thomas jeta un coup d'oeil rapide derrière lui puis revint vers la fille. Il la fixa attentivement puis dit :

"- Je m'appelle Thomas Fontaine. Tu peux aller me dénoncer aux gardes pour tentative de rébellion mais il me semble que tu te caches aussi. Et je suis pratiquement sûre que tu ne te caches pas d'un quelconque parent. Alors, qu'est-ce que tu fais là ?"
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Mar 25 Fév - 16:34

Le garçon ne s'en alla pas pour autant, malgré le ton cassant d'Aliénor et sa gifle bien méritée. Il resta là, la fixa comme si elle tombait à peine du ciel. Elle détourna les yeux, gênée, avant de se rendre compte de la stupidité de sa réaction et de se retourner à nouveau vers le gamin. Elle leva la tête et l'observa, tandis qu'il se tâtait la joue, comme de peur qu'elle ne se soit envolée. Il lâcha enfin son visage et regarda à nouveau Aliénor attentivement, notamment le paquet qu'elle cachait toujours.

"- Oh, juste parce que si on nous trouve on finira à la potence. Mais pas de soucis, je veux juste la mort du Roi, rien de plus."

De ce qu'il disait, c'était lui aussi un Révolutionnaire. Mais qu'est-ce qui prouvait qu'il n'était pas un envoyé des gardes qui disait ça pour gagner sa confiance, et ainsi obtenir un exemplaire des journaux révolutionnaires ? Aliénor serra encore plus le colis refusé contre elle et fixa le gamin comme si elle allait se jeter sur lui pour le dévorer.

"- Je m'appelle Thomas Fontaine. Tu peux aller me dénoncer aux gardes pour tentative de rébellion mais il me semble que tu te caches aussi. Et je suis pratiquement sûre que tu ne te caches pas d'un quelconque parent. Alors, qu'est-ce que tu fais là ?"

Thomas tentait de gagner sa confiance. Mais, plus que fière, plus encore que déterminée, Aliénor Heavenglow était méfiante. Elle ne laisserait pas ce gamin aux grands yeux l'ensorceler pour qu'elle lui raconte tous ses secrets. Elle recula d'un pas, grogna imperceptiblement, releva la tête et lui feula à la figure quelques insultes de son invention. Elle commençait à attaquer la troisième série, et regardait son visage se décomposer, lorsqu'elle vit soudain un garde royal s'approcher de la rue. Elle eut à peine le temps d'empoigner Thomas par le bras et de le plaquer violemment ( Vengeance ! ) contre le mur avant que le garde ne s'approche d'eux. Masqués par l'ombre et la caisse en bois, ils échappèrent à son regard dangereux et le virent, soulagés, en tout cas pour Aliénor, disparaître au coin de la rue.

" On l'a échappé belle. Enfin moi. Alors. Pourquoi les gardes te poursuivent ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Mar 25 Fév - 17:26

Elle ne lui faisait absolument pas confiance. Aux nouvelles paroles du jeune homme elle serra son paquet encore plus fort dans ses bras. Il lui avait pourtant dit la vérité, qu'attendait-elle de plus ? Peut-être qu'il lui fiche la paix. En tout cas, c'est ce que laissait comprendre son regard noir. Thomas n'en était pas moins découragé, ni apeuré. Ce n'était qu'une petite fille, peut-être giflait-elle mais elle était loin de tuer Thomas. Au moment où cette pensée effleura Thomas, la fille le saisit et le plaqua contre le mur violemment. Il ne comprit pas tout de suite pourquoi elle avait fait ça, de plus sa tête avait heurtée le mur et il était un peu sonné. Il passa une main dans ses cheveux pour vérifier qu'il ne saignait pas. Il ne toucha rien de liquide et se dit qu'il n'avait probablement rien.

" On l'a échappé belle. Enfin moi. Alors. Pourquoi les gardes te poursuivent ?"

Fit-elle tandis que Thomas clignait abondamment des yeux pour reprendre ses esprits. Il tourna la tête vers elle, secouant légèrement la tête.

"- T'es vraiment une sauvage, toi. Ça m'étonnerais que tu sois noble."

C'était une remarque vraiment indélicate de sa part mais, vu qu'il ne peut jamais s'en empêcher, disons que ce n'est qu'une façon de la remercier. Ce qui n'est pas, en fait, puisqu'elle se justifie en disant qu'elle a fait ça pour son propre intérêt. Thomas se redressa mais resta adossé au mur.

"- Ils ne me poursuivent pas vraiment, en fait. J'aimerais juste évité d'être vu. On n'a récupéré le peu que j'avais en guise de taxes mais ce n'était toujours pas suffisant. Je me suis enfuit avec les quelques pièces qui me restait. Je suis recherché pour vol de biens royaux. Ce qui est à nous est à eux. Je ne veux pas qu'ils m'attrapent, j'ai un devoir envers Jasmine. J'ai promis que je la protégerai et qu'il ne lui arrivera rien. Si jamais ils l'attrapaient, ce que j'aurais fait jusque là n'aurait servi à rien."

Thomas avait l'air dépité. Il faisait une tête de pauvre chat abandonné. Alors, il se redressa complètement sur ses jambes et observa Aliénor, un petit sourire au visage.

"- J'ai répondu à ta question, tu vas répondre à la mienne maintenant ? A moins qu'un autre garde ne nous interrompe à nouveau. Contentes-toi de me le dire la prochaine fois, ça fera moins mal."
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Mer 26 Fév - 17:46

"- Ils ne me poursuivent pas vraiment, en fait. J'aimerais juste évité d'être vu. On n'a récupéré le peu que j'avais en guise de taxes mais ce n'était toujours pas suffisant. Je me suis enfuit avec les quelques pièces qui me restait. Je suis recherché pour vol de biens royaux. Ce qui est à nous est à eux. Je ne veux pas qu'ils m'attrapent, j'ai un devoir envers Jasmine. J'ai promis que je la protégerai et qu'il ne lui arrivera rien. Si jamais ils l'attrapaient, ce que j'aurais fait jusque là n'aurait servi à rien."

Aliénor cligna des yeux, surprise. Elle n'avait pas vu le désespoir dans les yeux de Thomas auparavant.

"- J'ai répondu à ta question, tu vas répondre à la mienne maintenant ? A moins qu'un autre garde ne nous interrompe à nouveau. Contentes-toi de me le dire la prochaine fois, ça fera moins mal."

Aliénor rit lentement, se passant la main dans ses cheveux nerveusement. Elle ne savait pas si elle avait très envie de raconter son histoire à Thomas. Mais lui l'avait fait. Et puis elle pouvait expliquer sa situation sans parler de son passé, non ?

"Je m'appelle Aliénor Heavenglow. J'ai 13 ans. J'habite dans ces rues."

Elle fit un geste vague de la main.

"Je fais partie des anti-monarchistes. Et ce paquet, ce sont des journaux, que je devais mener à l'imprimeur, mais qu'il a refusé. Des journaux révolutionnaires."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Mer 26 Fév - 17:55

Enfin, elle s'était expliquée. Comme quoi, Thomas n'avait pas l'air faux. Peut-être lui faisait-elle confiance à présent, si elle n'a pas menti. Thomas n'envisageait pas une seule seconde qu'Aliénor ait pu lui mentir, elle fait vraiment treize ans et ce paquet semble bien avoir la forme d'un tas de journaux.

"- Je crois que l'imprimeur n'a pas bien compris, fit-il un sourire aux lèvres, et si tu m'emmenais lui rendre une petite visite ? Peut-être trouverons-nous Jasmine en chemin."

avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Mer 26 Fév - 17:58

"- Je crois que l'imprimeur n'a pas bien compris, fit-il un sourire aux lèvres, et si tu m'emmenais lui rendre une petite visite ? Peut-être trouverons-nous Jasmine en chemin."

Elle sourit. Elle ne savait pas si il faisait ça uniquement pour trouver sa soeur, ou s'il était réellement intéressé par le sort des journaux - et des révolutionnaires.

"Pourquoi pas"

Elle sourit encore. Mais pourquoi se sentait-elle aussi démunie devant lui ? Elle était Aliénor Heavenglow, nom de Dieu ! Elle n'avait peur de personne ! Mais si ce n'était pas de la peur ?

"Alors ... T'as quel âge ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Mer 26 Fév - 18:46

Aliénor semblait hésitante. Thomas avait hésité à lui proposer son aide au départ, il était réellement inquiet du sort de sa soeur mais ne pouvait pas laisser passer sa chance d'entrer dans la rébellion. Et puis, il ne voulait pas la laisser tomber maintenant qu'elle avait répondu à sa question. Au contraire, il était encore plus curieux. Elle ne lui avait pas tout dit, ça c'était sûr, mais lui non plus. Il n'était pas vraiment l'heure de raconter sa vie, il leur faudrait quitter cet endroit avant d'être remarqué. "Pourquoi pas" avait-elle répondu à Thomas. Le jeune homme sourit, qu'elle cache son enthousiasme surtout ! "Alors... t'as quel âge ?" lui fit-elle. Thomas haussa un sourcil. Était-ce vraiment important au fond ?

"- Dix-sept ans... mais il n'y a pas d'âge pour se rebeller, n'est-ce pas ?" lui répondit-il en lui lançant un petit regard malicieux.

Il s'écarta pour regarder au-dehors de leur cachette. S'étant assuré qu'il n'y avait pas de gardes, il saisit la main d'Aliénor derrière lui et la tira hors de sa cachette. Il la tira jusque la rue.

"- Fais comme si tout était normal, d'accord ? Entre autre, évite de me frapper si tu vois un garde."

Il rit et commença à marcher tranquillement.

"- Alors, cet imprimeur ?"

Demanda-t-il en se tournant vers Aliénor. Il se rendit compte qu'il lui tenait toujours la main et, gêné, la retira pour la passer derrière sa tête le plus naturellement possible.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Jeu 27 Fév - 10:54

"- Dix-sept ans... mais il n'y a pas d'âge pour se rebeller, n'est-ce pas ?"

Elle sourit, presque intimidée par ce regard malin. Puis elle se reprit, agita lentement la tête et se rapprocha imperceptiblement de lui.

"C'est sûr. Ce qui compte, ce sont les idées."

Soudain, il saisit la main d'Aliénor et l'amena dans la rue. Elle frissonna à son contact, d'une façon différente de quand elle l'avait giflé. C'était difficile à croire que, quelques minutes auparavant, elle l'insultait de tous les noms.

"- Fais comme si tout était normal, d'accord ? Entre autre, évite de me frapper si tu vois un garde."

Aliénor plissa les yeux, agacée par cette remarque. Mais il riait, et elle se dit qu'il n'était visiblement pas rancunier.

"- Alors, cet imprimeur ?"

En disant cela, il lâcha la main d'Aliénor, au grand regret de cette dernière. Elle soupira.

"M.Marchois. 4 rue du poissonnier. A quelques minutes de course. Il a refusé les papiers car je n'avais pas d'argent. Il était censé avoir déjà réglé avec le camp, mais il a dû profiter de ma jeunesse."

Elle sourit et se tourna à nouveau vers lui.

"Jasmine, c'est qui, pour toi ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Jeu 27 Fév - 11:20

Elle sourit, elle n'avait plus l'air en colère contre lui. Thomas en était content, autant que de la voir sourire.

"M.Marchois. 4 rue du poissonnier. A quelques minutes de course. Il a refusé les papiers car je n'avais pas d'argent. Il était censé avoir déjà réglé avec le camp, mais il a dû profiter de ma jeunesse."

Le jeune homme nota l'adresse dans sa tête et commença à marcher dans une direction au hasard. Alors, il s'arrêta, retourna auprès d'Aliénor.

"- Tu m'indiques le chemin ? Je n'ai aucune idée d'où je vais."

Il sourit de sa plus belle tête de crétin. C'est alors qu'elle posa la question qui fit frissonner Thomas. Jasmine. Il l'aurait presque oublié. Va-t-il au moins la retrouver ? Il se passa une main derrière la tête, sans plus sourire.

"- Ma soeur. Pas biologiquement parlant. Elle n'a que sept ans. Elle pourrait être n'importe où à l'heure qu'il est."
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Jeu 27 Fév - 11:33

"- Tu m'indiques le chemin ? Je n'ai aucune idée d'où je vais."

Aliénor rit. Il s'était déjà mis à marcher avant de s'arrêter pour lui poser cette question.

"- Ma soeur. Pas biologiquement parlant. Elle n'a que sept ans. Elle pourrait être n'importe où à l'heure qu'il est."

C'était sa soeur, qu'il avait perdu quelque part dans l'immense cité qu'était Paris. Elle soupira. Comment allaient-ils la retrouver ? C'était beaucoup plus urgent que les journaux.

"Ecoute. On va commencer par aller rendre les journaux au camp, et en chemin, on va chercher ta soeur. On la retrouvera, c'est promis."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Jeu 27 Fév - 12:01

Rendre les journaux au camp ? Alors qu'ils devaient aller chez l'imprimeur ?

"- Tu veux laisser tomber ta mission de sitôt ?"

Thomas voulait retrouver sa soeur mais il sentait qu'il devait aussi aider Aliénor à accomplir sa mission. Il la retrouverait peut-être sur le chemin. Il avait un drôle de pressentiment. Un mauvais. Et il s'apprêtait à foncer droit dans le mur.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Jeu 27 Fév - 12:04

"- Tu veux laisser tomber ta mission de sitôt ?"

Aliénor cligna des yeux. Oui, elle allait rentrer au camp, demander aux révolutionnaires de donner de l'argent à cet imprimeur et de confier cette tâche à quelqu'un d'autre. Thomas n'avait pas vu la tête de cet homme quand il avait regardé Aliénor. Il n'avait pas senti cette peur s'emparer de lui quand l'homme avait dit non.

"Il m'a fait peur. Il n'imprimera jamais ces journaux si c'est moi qui y vais."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Jeu 27 Fév - 12:17

Thomas sourit.

"- T'as beau essayer de ressemble à un lion, tu restes une biche."

Il s'esclaffa, comprenant qu'il risquait de s'en prendre une.

"- Allez viens, je vais te montrer comment on s'y prend."

Il lui fit un clin d'oeil, lui attrapa le bras et se mit à avancer.

***

Ils étaient arrivés devant l'imprimeur. Thomas sourit à Aliénor. Il avait l'air confiance, ou juste débile. Il lui jeta un regard en coin tout en toquant à la porte, faisant semblant de ne pas la regarder. La porte s'ouvrit, un homme robuste apparut sur le parvis.

"- Encore toi ?! dit-il en voyant Aliénor. Et t'as emmené un petit copain avec toi, comme c'est mignon."

Il rapprocha son visage de Thomas, ce dernier sentit l'haleine fétide de l'homme.

"- Quand j'ai dis non, c'est NON !"

Lui cracha-t-il au visage. Thomas, au lieu d'être effrayé, sourit de toutes ses dents.

"- En parlant de ça, fit-il. Vous allez imprimer ses journaux et si jamais ça vous pose un problème, je n'hésiterai pas à vous dénoncer aux gardes."

L'homme semblait sortir de ses gonds.

"- C'est pas un gamin qui va me dire ce que je dois faire. Maintenant dégagez !" puis, d'un geste de la main, il poussa Thomas qui tomba en arrière. Ce dernier se releva et, avant que l'homme ne referme la porte, il se jeta sur lui.

***

"- Tu vois, il a finalement accepté, dit Thomas en riant malgré le léger filet de sang qui coulait de son arcade sourcilière. Comme quoi on peut être convainquant, quand on a une dague dans la poche."

Il riait toujours de tout et rien, et maintenant il riait d'avoir menacé un homme de lui trancher la gorge. Cela ne semblait pas être la première fois. Quand on s'occupe tout seul d'une petite fille et de soi-même, on est obligé d'apprendre à se défendre, même si cela implique de faire de mauvaises choses.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Jeu 27 Fév - 12:21

"- Tu vois, il a finalement accepté, dit Thomas en riant malgré le léger filet de sang qui coulait de son arcade sourcilière. Comme quoi on peut être convainquant, quand on a une dague dans la poche."

Aliénor tremblait. Thomas s'était jeté sur l'imprimeur et avait sorti un couteau de sa poche. Après quelques insultes et menaces, l'imprimeur avait accepté de prendre le paquet. Mais Thomas s'était pris un coup dans la tempe et un autre au dessus des yeux, et il saignait. Aliénor s'approcha de lui, inquiète.

"Tu es fou. Tu es fou."

Et elle se jeta dans ses bras.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Jeu 27 Fév - 12:24

Thomas perdit son sourire au contact d'Aliénor. Il n'avait pas réalisé à quel point ce qu'il avait fait était dangereux, il ne pensait pas non plus que quelqu'un puisse se faire du soucis pour lui. Il resta bouche bée pendant quelques secondes puis entoura ses bras autour d'elle à son tour. Il laissa un petit sourire traîner sur son visage. Il n'osait plus rien dire.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Jeu 27 Fév - 12:26

Aliénor se laissa entourer des bras de Thomas et se tourna vers lui, un sourire inquiet sur le visage.

"Tu m'as fait peur, Thomas. Ne recommence plus !"

Et elle le gifla. Puis elle s'échappa de ses bras, sortit un mouchoir de sa cape et commença à tamponner le sang qui coulait du visage de Thomas, sans rien dire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Jeu 27 Fév - 12:30

Thomas avait cru qu'Aliénor avait changé, qu'elle était devenue gentille. Mais non, il se l'était finalement prit, sa gifle. Décidément, il ne comprenait plus rien. Maintenant, voilà qu'elle essuyait le sang de son visage avec un mouchoir. Thomas rougit, d'habitude personne ne s'occupe de lui. Il posa une main sur la joue d'Aliénor, un sourire bienveillant au visage.

"- Tu étais censée ne plus me frapper."

Dit-il en riant.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Jeu 27 Fév - 12:31

"- Tu étais censée ne plus me frapper."

Aliénor soupira. Elle hocha la tête, sourit vaguement, sans cesser de s'occuper du visage de Thomas.

" Tu n'étais pas censé te jeter au cou de l'imprimeur et le menacer avec un couteau."

Elle lâcha son mouchoir, devenu inutilisable, sur le sol, et s'écarta de Thomas.

"Mais merci quand même"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Oswin le Jeu 27 Fév - 12:35

Elle soupira, laissa le mouchoir à côté et s'écarta.

" Tu n'étais pas censé te jeter au cou de l'imprimeur et le menacer avec un couteau. Mais merci quand même."

Thomas la regarda pendant quelques secondes, perplexe. Alors, il se leva.

"- Il y a beaucoup de choses que je ne suis pas censé faire."

Il l'attrapa et l'embrassa.
avatar
Oswin
Soufflé Girl
Soufflé Girl

Messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Invité le Jeu 27 Fév - 16:22

"- Il y a beaucoup de choses que je ne suis pas censé faire."

Aliénor n'eut pas le temps de réfléchir au sens de sa réponse. Déjà Thomas l'attrapait par la taille et l'embrassait. Surprise, Aliénor se laissa faire. Elle sentit ses lèvres entrer au contact de celles du garçon, et pour la première fois depuis la mort de ses parents, elle se sentit en sécurité. Au bout de quelques instants, elle recula, stupéfaite, et fixa Thomas droit dans les yeux.

"Je ... Je ..."

Elle ne savait pas quoi dire. Alors elle l'embrassa à son tour.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les rues de Paris

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum